Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Stéphanie CAILLEUX 

PODOLOGUE EQUIN

podologie.equine.nord@gmail.com

Siret : 790 280663 00010

HAUTS DE FRANCE

BELGIQUE (HAINAUT)

Quels sont les besoins biologiques du cheval ?

Les besoins biologiques du cheval sont ceux qui lui permettent d'être en bonne santé.

Un individu reste en bonne santé lorsque celui ci vit dans les conditions environnementales adaptées à son espèce. Pour le cheval, il a fallu 55 millions d'années pour qu'il devienne ce qu'il est aujourd'hui grâce aux facteurs suivants :

  1. - mouvement en continu
  2. - avec des compagnons (le cheval est un animal grégaire)
  3. - une très grande variété de plantes, à faible valeur nutritive, en apport continu
  4. - un alignement du corps naturel, tête basse
  5. - des endroits de repos à ciel ouvert
  6. - une température ambiante qui fluctue de façon continue
  7. - un changement de poid graduel, en fonction des saisons ou de la gestation.
  8. - des sabots quotidiennement en contact avec l'eau
  9. - des sabots directement en contact avec le sol
  10. - pas de vêtements, ni de graisses ou huile sur les sabots

 

Le cheval s'est construit en s'adaptant à cet environnement. ADAPTER signifie qu'il en est DEPENDANT ! Priver le cheval de ces besoins physiologiques c'est le rendre malade.

 

Le cheval n'est toujours pas adapté à la domestication, peut etre le sera t'il dans quelques milliers d'années, mais nous ne serons pas là pour le voir, alors en attendant, pour le bien être de votre compagnon, il est important d'être informé de ses conditions.

Comment reproduire l'environnement du cheval dans notre société ?

Grâce à une pension naturelle :

  1. - Chevaux détenus librement 24/24
  2. - abris à disposition
  3. - fourrage à volonté (foins de prairies différentes, herbe, enrubanné...)
  4. - plantes médicinales de saison en complément
  5. - oligos éléments naturellement assimilables (algues, plantes...)
  6. - des compagnons
  7. - des sols fermes
  8. - pas de fer
  9. - pas de vêtement (couverture, bandage)
  10. - pas de graisse ou huile sur les sabots
  11. - mettre les sabots dans l'eau quotidiennement

 

Mais quel rapport avec les sabots ?

Le sabot agit comme un organe. Sa vascularisation est comparable à celle d'un rein.

Si le sabot ne fonctionne plus, ce sont les autres organes qui compenseront ; or ils ne sont pas faits pour assumer double charge, ils se fatigueront, et le cheval deviendra malade.

Les reins, le foie, le coeur, les poumons, les intestins et les sabots agissent ensemble. Si l'un d'entre eux est trop faible, c'est tout l'organisme qui en patie.

Par exemple, on sait que le sabot a pour fonction d'éliminer les déchets protéïques sous forme de corne, au même titre que la peau qui les élimine sous forme de poil et de crin... si le sabot ne fonctionne plus, il est possible que la peau prenne le relai de cette élimination massive : elle devra éliminer beaucoup plus qu'elle n'en est capable. Le résultat se révèlera sous forme de dermite ou dermatose... d'ailleurs, à partir de quel âge en moyenne souffre les chevaux atteints de dermite estivale? et à partir de quel âge ferre t'on les chevaux???

Nous avons besoin de donner un environnement adapté au cheval pour qu'il dispose d'un système immunitaire sain, et d'une santé optimale.

Les sabots ne peuvent pas être traités de façon isolée.

 "PAS DE PIED, PAS DE CHEVAL"

Et si mon cheval vit enfermé la nuit ?

Si l'onguliste intervient, et que vous décidez de laisser votre compagnon enfermé...ne serait ce une seule nuit, vous le mettez en danger.

Le sang qui entre dans le sabot DOIT être pompé.

Il DOIT être pompé pour ressortir avec les déchets liés aux échanges métaboliques,

Il DOIT être pompé afin que des nouveaux minéraux viennent entretenir les tissus dans le sabot, afin que la corne soit produite,

Il DOIT être pompé au même titre que le coeur !

Il DOIT être pompé, sinon on observe une stase de sang dans le sabot, le sang reste avec ses déchets, les échanges métaboliques sont minimes ... on assiste à une FOURBURE.

Le cheval ne craint absolument pas le froid, il possède un système de thermorégulation en corrélation avec ses sabots, il ne faut pas le "mettre à l'abri" du mauvais temps, lui seul sait ce qui est bon ou pas pour lui! Laisser lui un abri à disposition.

Le cheval a cet instinct de savoir comment il doit déhambuler...faîtes lui confiance.

Environnement et période de transition

Pour les chevaux ayant des sabots qui ont beaucoup soufferts, l'adaptation pied nu sera un peu plus longue. Elle peut durer de 6 mois à 2ans.

Les fréquences de parage doivent etre rapprochées au début de la thérapie.

En général, il faut une pousse complète de sabot (9 mois) pour que celui ci devienne définitivement fonctionnel.

Pour ces chevaux, il est INDISPENSABLE d'être patient et à l'écoute. La priorité ne doit pas être l'équitation durant ces premiers mois. Mais au plus il disposera de mouvement, au plus vite ses sabots reprendront une forme naturelle.

La pension naturelle permet au cheval d'avoir un métabolisme performant, des capacités d'auto guérison performantes, et une circulation du sang optimale, necessaire pour rétablir les sabots de leurs déformations ou de les prévenir.

 

Cette période est une période éducative, ou rééducative. En effet les chevaux ferrés depuis toujours doivent apprendre à marcher pied nu. Ils vont découvrir de nouvelles sensations, la sole étant très inervée, il est nécessaire d’être à l’écoute de son cheval et de respecter cet apprentissage en lui proposant, de façon progressive, différents type de sol.

Cette période est une période d’entrainement : il faut stimuler les tissus du sabot pour qu’ils se reconstruisent de façon optimale. Il est indispensable de proposer un maximum de mouvement pour entrainer les sabots mais aussi réadapter le corps à une bonne physiologie. Les conditions adaptées à leur espèce leur permettront de disposer pleinement de leur capacité très puissante d’auto guérison pour franchir ces étapes.

Cette période est une période d’adaptation psychologique : certain chevaux au caractère émotif peuvent manquer de confiance en eux, avoir peur, être hésitant. Il est nécessaire d’être patient et de respecter leurs émotions, de ne pas les comparer à un manque de volonté ou d’avoir un caractère intentionnel à éviter nos demandes… ces sentiments sont propres à l’espèce humaine, pas aux animaux, et encore moins aux chevaux.

Jamais je n'interviendrai contre la volonté d'un cheval.